Placement libre

Nouvelles images, nouveau cinéma ?

Placement Libre : une émission de Matthieu Combe et Jules Cottier.

http://radioparis8.online/wp-content/uploads/2019/10/Placement_libre_1_1.mp3

Nous sommes tous deux nés en 1999, grandissant en même temps que l’image numérique et ses potentiels, qui se multiplient encore et surpassent tous les spectateurs, consommateurs, utilisateurs contemporains. Face à une telle diversification des images, de leurs formes, leur vitesse et leur malléabilité sans précédent, par où devons-nous partir en quête de sens ?S’il y avait une créature (anonyme mais bien connue) qu’on pourrait convoquer au banc des responsables de ce bouleversement, c’est l’image de synthèse. Soit la forme enfantée par la machine ou, comme le formule Laurent Jullier, ce qui advient lorsque un homme ordonne à sa machine “dessine-moi un mouton”. Le cinéma se fait-il, de cette créature qui se révèle à nous sous les traits d’un mouton, le berger ou le loup ? Autrement dit, accepte-t-il de composer avec ces images, de pactiser avec cet ennemi supposé de la prise de vue réelle ? Et si oui, quels sont les fruits de cette union ? Qui dit nouvelles images, dit-il nouveau cinéma ?La fortune du cinéma américain – le premier et le seul à explorer cette voie-là aujourd’hui – est justement d’avoir les ressources technologiques pour plonger son corps entier dans des espaces de synthèse. Et Roger Rabbit, en son temps, nous a appris qu’on ne ressort pas indemne de n’importe quelle trempette. Dans le saut technologique que ce cinéma est en train d’opérer, qui prétend savoir où nous atterrirons ?

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress